Laurent Le Forestier

Éditer le chapeau

Directeur de la section suisse de TECHNÈS / Cochercheur

Professeur, Université Rennes 2

 

Laurent Le Forestier est Professeur en études cinématographiques à l’Université de Haute-Bretagne Rennes 2, membre du laboratoire de cinéma de cette université et du GRAFICS à l’Université de Montréal. Il a beaucoup travaillé sur le cinéma français des premiers temps, au sujet duquel il a publié plusieurs ouvrages : Aux sources de l’industrie du cinéma. Le modèle Pathé 1905-1908, Paris, L’Harmattan (collection dirigée par P. Lherminier), 2006 ; Louis Feuillade. Retour aux sources, Paris, AFRHC/Gaumont, 2007 (avec Alain Carou) ; La Firme Pathé Frères 1896-1914, Paris, AFRHC, 2004 (co-dirigé avec Michel Marie). Dernièrement, il a co-dirigé avec Laurent Guido), « Aux sources du burlesque cinématographique : les scènes comiques françaises des premiers temps », 1895, n°61, (septembre 2010).

Ses recherches actuelles portent principalement sur les films sur l’art en France dans les années 1940 et 1950 (en relation avec le programme de recherche du laboratoire cinéma de Rennes 2, aidé par l’ANR et intitulé « Filmer la création ») et sur l’histoire de la critique et de la théorie en France après la Seconde Guerre mondiale. C’est dans ce cadre qu’il va publier, dans le n°62 de 1895 (décembre 2010) « la “Transformation Bazin”. Pour une histoire de la critique sans critique ».

laurent.leforestier@univ-rennes2.fr

/fr/Membres/Laurent-Le-Forestier

Ajouter un articleEDIT EDIT EDIT EDIT

François Albera et al., « «Pour une nouvelle histoire du cinématographe» : Cinq questions à André Gaudreault », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze. Revue de l’association française de recherche sur l'histoire du cinéma, no 57 (2009): 9‑16, doi:10.4000/1895.4005.

Cinéma et attraction, le dernier ouvrage d’André Gaudreault – dont le nom est lié au mouvement historiographique du « cinéma des premiers temps », né à la fin des années 1970 –, porte un sous-titre programmatique d’importance : Pour une nouvelle histoire du cinématographe. L’auteur ne se livre pas dans ce livre à une étude de cas mais à une réflexion d’ensemble de nature méthodologique et épistémologique sur sa discipline et sur son objet et il formule un certain nombre de propositions qui, en un sens, reconfigure le domaine à partir de ses travaux antérieurs dont ce livre offre en quelque sorte un bilan et des perspectives. Quatre rédacteurs ou collaborateurs de 1895 ont élaboré, par écrit, une série de « questions à A. Gaudreault » regroupées en 5 entrées afin de permettre à l’auteur de revenir sur certains points, répondre à certaines critiques, réserves ou interrogations, engager, en d’autres termes, un débat sur les thèses qu’il avance. Les 5 entrées sont les suivantes : « coupure et paradigme » ; « séries culturelles » ; « Vocabulaire – rapport aux sources » ; « épistémologie » ; « Quelle histoire du cinéma ? bilan et perspective ».

EDIT

Connexion