Jonathan Sterne

  • On 4 septembre 2018

Jonathan Sterne

Collaborateur, Professeur, titulaire de la Chaire James McGill en culture et technologie, Université McGill

Les travaux de Jonathan Sterne portent sur les dimensions culturelles des technologies des communications, particulièrement sur leur forme et leur rôle dans des sociétés de grande taille. Un de ses principaux projets a porté sur l’histoire et la théorie du son dans l’Occident moderne. En plus de ses travaux sur le son et la musique, il a publié plus de cinquante articles et contributions à des ouvrages collectifs sur un grand nombre de sujets dans les domaines de l’histoire des médias, des nouveaux médias, de la théorie culturelle et des études sur la condition des personnes handicapées. Il a également écrit sur la politique du travail universitaire et il s’intéresse à l’avenir de l’université. Ses nouveaux projets traitent des instruments et de l’instrumentalité, de l’histoire du traitement des signaux et des points de rencontre entre l’invalidité, la technologie et la perception.

Comme chercheur, il utilise des méthodes historiographiques, philosophiques et interprétatives et, dans ses plus récents travaux, des entretiens de longue durée ainsi que l’observation de participants. En plus de ses livres et articles, M. Sterne publie des textes en ligne depuis 1994, expérimentant des méthodes multimodales et en accès libre, qui sont maintenant réunies sous l’expression générique « humanités numériques ».

Comme enseignant de cycle supérieur, M. Sterne soutient ses étudiants dans tous ses champs d’intérêt et il cherche à favoriser l’acquisition d’un savoir politisé.

Sterne a obtenu des bourses des fondations Mellon et Woodrow Wilson, de la Smithsonian Institution, du Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences de l’Université Stanford et de l’Université de Californie du Sud. Il a été professeur invité aux universités Harvard et de New York et chercheur invité au Social Media Collective du Centre de recherche de Microsoft en Nouvelle-Angleterre. Ses travaux ont également bénéficié du soutien financier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, du Fonds québécois de recherche sur la société et la culture, des fondations Beaverbrook et Annenberg et de l’Australian Research Council. Il a présenté plus d’une centaine d’exposés à titre de conférencier invité dans le monde entier.

Université McGill

Articles