Laurent Le Forestier

  • On 30 juillet 2018

Laurent Le Forestier

Directeur de la section suisse de TECHNÈS / Cochercheur

Professeur, Université de Lausanne

Laurent Le Forestier est Professeur en études cinématographiques à l’Université de Lausanne, membre du laboratoire de cinéma de cette université et du Laboratoire Cinémédias à l’Université de Montréal. Il est le porteur du projet FNS : Contribution à une histoire de la culture cinématographique en Suisse : étude des activités de la Cinémathèque suisse entre 1951 et 1981.

Il a beaucoup travaillé sur le cinéma français des premiers temps, au sujet duquel il a publié plusieurs ouvrages : Aux sources de l’industrie du cinéma. Le modèle Pathé 1905-1908, Paris, L’Harmattan (collection dirigée par P. Lherminier), 2006 ; Louis Feuillade. Retour aux sources, Paris, AFRHC/Gaumont, 2007 (avec Alain Carou) ; La Firme Pathé Frères 1896-1914, Paris, AFRHC, 2004 (co-dirigé avec Michel Marie). Dernièrement, il a co-dirigé avec Laurent Guido), « Aux sources du burlesque cinématographique : les scènes comiques françaises des premiers temps », 1895, n°61, (septembre 2010).

Ses recherches actuelles portent principalement sur les films sur l’art en France dans les années 1940 et 1950 (en relation avec le programme de recherche du laboratoire cinéma de Rennes 2, aidé par l’ANR et intitulé « Filmer la création ») et sur l’histoire de la critique et de la théorie en France après la Seconde Guerre mondiale. C’est dans ce cadre qu’il va publier, dans le n°62 de 1895 (décembre 2010) « la “Transformation Bazin”. Pour une histoire de la critique sans critique ».

Université de Lausanne

Articles

Laurent Le Forestier (Université de Lausanne) – La Moviola : une visionneuse portable au service du montage
Dossier « Technès ». Dans Exposing the Moving Image: the Cinematic Medium across World Fairs, Art Museums, and Cultural Exhibitions
Tournage d’entretiens pour l’Encyclopédie des techniques du cinéma
Colloque doctoral: Cinéma et machines
Colloque doctoral: cinéma et machines
Colloque « Plan » et « Champ » dans le cinéma des premiers temps