L’œuvre de Jean-Pierre Beauviala, ingénieur, inventeur, artiste

  • On 26 juin 2019

Table ronde / Samedi 29 juin / 9h30 h-11 h

Auditorium Damslab / Piazetta Pier Paolo Pasolini

Jean-Pierre Beauviala, décédé le 8 avril dernier, est une figure majeure de l’histoire des techniques cinématographiques et audiovisuelles, fondateur de la société française Aaton, fabricant de matériel audiovisuel dont l’existence s’étend de 1971 à 2013 avant son rachat par l’entreprise Transvidéo. La société Aaton a été à la fois à l’origine d’innovations techniques liées à l’argentique et à la vidéo analogique, et un acteur majeur de la transition vers les pratiques numériques (caméras Pénélope Delta, A-Minima et B-Minima, enregistreur numérique Cantar). Inventeur, ingénieur, chef d’entreprise et fou de cinéma, Jean-Pierre Beauviala a contribué à imposer une véritable pensée du cinéma en articulant l’innovation technologique à la pratique des cinéastes avec lesquels il a entretenu des relations aussi professionnelles qu’amicales.

La table ronde, qui rassemblera des chercheurs, critiques et praticiens du cinéma, rendra un hommage à l’œuvre de Jean-Pierre Beauviala à partir de photographies et d’extraits de films. Ce rendez-vous est organisé dans le cadre du partenariat international de recherche Technèset du programme Beauviatech(Jean-Pierre Beauviala et la société Aaton – Des techniques audiovisuelles et de leurs usages, modalités historiques, esthétiques et pratiques). Financé en France par l’Agence nationale de la recherche, Beauviatech rassemble une trentaine de chercheurs chargés d’étudier les archives de la société Aaton déposées à la Cinémathèque française.

La table ronde rassemblera :

Alain Bergala, critique, universitaire et cinéaste, a initié aux Cahiers du cinémaun long compagnonnage avec Jean-Pierre Beauviala. Il présentera cette collaboration entre l’ingénieur et la revue, témoignage du rapport singulier entretenu par Jean-Pierre Beauviala avec la création cinématographique sous toutes ses formes.

Formé à l’Ecole Louis Lumière, Erwan Kerzanet est devenu ingénieur du sonaprès avoir étudié l’histoire de l’art et la photographie. Il travaille notamment avec Jacques Doillon, Kiyoshi Kurosawa, Nicolas Saada et a été nominé au César du meilleur son pour Holy Motors(2013) de Leos Carax. Utilisateur de l’enregistreur numérique multipiste Cantar inventé par Jean-Pierre Beauviala, il témoignera de l’importance de cet enregistreur dans la prise de son directe.

André Gaudreault, professeur de cinéma à l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études cinématographiques et médiatiques. Il est l’un des trois fondateurs et le directeur du Partenariat international de recherche sur les techniques et technologies du cinéma (TECHNÈS).

Gilles Mouëllic, professeur de cinéma à l’Université Rennes 2, étudie les relations entre l’histoire technique et l’histoire des formes cinématographiques. Spécialiste de la musique de film – et du jazz en particulier –, il est l’initiateur et le codirecteur du programme de recherche Beauviatech.

Alexia de Mari, doctorante en cinéma à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, consacre sa thèse aux premières années de l’existence de la société Aaton. Dans le cadre de Beauviatech, elle est chargée de l’indexation du fond Aaton déposé à la Cinémathèque française.